Accueil Le billet de Mistik et Chanel Mistik et la concurrence japonaise

Mistik et la concurrence japonaise

54
0
PARTAGER

Je suis un chat et parfois je ronronne. Je produis du bruit et des vibrations, que j’accompagne d’un mouvement alternatif de mes deux pattes avant, dont les griffes s’enfoncent et se rétractent tour à tour. On dit que pour les félins, le ronronnement a peut-être une vertu thérapeutique : les basses fréquences émises permettraient de renforcer les os, les muscles, les tendons et auraient même un rôle anti-douleur. Ainsi les chats guérissent plus rapidement grâce au pouvoir réparateur et même antalgique par rapport aux os, aux tendons et aux muscles.

Il paraît que le ronronnement fait du bien, qu’il apaise et permet de diminuer le stress des humains. La présence d’un chat qui ronronne permettrait une cicatrisation plus rapide. Certains hôpitaux testent l’effet apaisant des chats, notamment sur les personnes âgées.

Moi pour l’instant je ronronne quand je suis contente, pas très souvent je l’avoue, et mes griffes qui font des trous dans les pulls et éventuellement dans la peau ne semblent pas être source de sérénité !

Et pourtant, des chercheurs japonais ont mis au point Qoobo, un coussin qui ronronne et qui remue la queue. Personnellement, je le trouve un peu ridicule, un truc rond en peluche avec une queue qui bouge…

Ses créateurs vantent ses vertus anti-stress et apaisantes. Au départ, je me suis juste dit : « Rien ne vaut un vrai chat ». Mais finalement, ce truc-là pourrait peut-être apporter la quiétude féline aux endroits où le chat ne peut pas aller : les zones stériles des hôpitaux, les chambres des personnes allergiques aux chats, les hôpitaux psychiatriques où les vrais chats seraient en danger… Alors, pourquoi pas ?

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

2 × 5 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.